Catégorie: "écologie"

Nouvelle mission au Burkina-Faso

 

Nouvelle mission au Burkina-Faso

Seicheprey Nouvelle mission au Burkina-Faso. En ce début d'année, il est temps pour l'association des Puisatiers de repartir au Burkina, afin de se rendre compte sur place des conditions de vie et des besoins. Le 09/01/2018 à 05:30; Réagir Réagir. Les femmes de Sanon ont suivi une formation pour ...

La neige recouvre les dunes du désert du Sahara

 

La neige recouvre les dunes du désert du Sahara

La neige recouvre les dunes du désert du Sahara. D'importantes chutes de neige ont touché le Haut-Atlas et le Moyen-Atlas, au Maroc et certaines régions de l'Algérie. Le gouvernement marocain a lancé un plan de lutte contre le froid. storybild. Neige sur les hauts plateaux au Maroc. (Photo: DR/Twitter).

Commission européenne et souveraineté marocaine sur les eaux du Sahara

 

Bruxelles demande aux 28 de négocier le renouvellement de l'accord de pêche avec le Maroc

La demande de la Commission européenne intervient alors que la Cour de justice de l'Union européenne ne s'est pas encore prononcée sur la souveraineté marocaine sur les eaux du Sahara. Pour mémoire, le Secrétaire général de la pêche en Espagne Alberto López-Asenjo avait annoncé en ...

Oasis propre

lundi 25 septembre 2006 par cybersahara

Navigation rapide

Oasis Propre,p1

Objectifs, p1

Une association née à Goulmima pour protéger préserver et mettre en valeur son oasis : Association Oasis Propre pour l’Environnement et le Développement (A.O.P.E.D) coordonées : N°203 , Rue Zaid Ouhmad Centre Goulmima 52250 Province d’Errchidia Maroc Téléphone : GSM : 071193839 // GSM :066129684 Télécopie : 055784723

Courriel : cleanoasis_ghris@caramail.com

Objectifs Développement durable dans un environnement propre.

Protection de l’environnement de l’Oasis de Goulmima (ghris), : désertification, espace vert Développement rurale et social

Contribution aux efforts des pouvoirs publics pour la lutte contre la pauvreté dans l’annuaire assoces voir http://www.tanmia.ma/article.php3 ?id_article=2161 voir aussi l’oasis prospère : http://www.goulmima.com/ Une oasis propre est une oasis prospère

Voir en ligne : http://www.tanmia.ma/article.php3?i...

DE BOUTALI AG TCHIWERIN Appel d’Agadez

Développement durable
DE BOUTALI AG TCHIWERIN
Appel d’Agadez
Areva, uranium et environnement
dimanche 8 octobre 2006 par cybersahara

Navigation rapide
impact environnemental d’Afasto, p1
PAR BOUTALI AG TCHIWERIN, p1
Agadez, p1
Emploi, p1
Tragiquement injuste, p1
Recommandations, p1
Comité populaire, p1
nous publions ici un texte du forum desertrebel


impact environnemental d’Afasto
Avis des populations autochtones de la région d’Agadez à l’audience publique sur l’Ètude d’Èvaluation de l’impact environnemental d’Afasto Ouest Cominak.

Le 29 mars 2006


PAR BOUTALI AG TCHIWERIN
Depuis 30 ans, la Cominak filial d’AREVA a exploité des gisements d’uranium dans cette région d’Agadez et pour la première fois les populations peuvent exprimer leur avis sur les impacts environnementaux de cette exploitation tout en s’interrogeant sur la prise en compte de cet avis dans la poursuite de ces activités. Au regard de l’important flux financier que procure cet activité à cette filiale d’Areva, on peut aisément croire que le développement de la région tant sur le plan économique, social qu’environnemental doit avoir connu un progrès significatif surtout en y ajoutant les exploitations de la Somair autre filiale d’Areva et la Sonichar.

La majeure partie de la population de cette région a fait ces progrès économique grâce à l’assistance international à travers de micros projets de développement indispensable à la survie et à l’existence même de cette population.

A l’épreuve des sècheresses sont venus s’ajouter les problèmes de la dégradation de l’environnement par les unités d’exploitation d’uranium d’Areva et ses filiales, la frustration et la marginalisation des populations par les sociétés minières et le déracinement de cette population fuyant une brousse hostile et formant un prolétariat urbain misérable sans travail ni ressources.


Agadez
Agadez, en quelques années, a vu sa population passer de moins d’une dizaine de millier d’habitants à plusieurs centaines de milliers d’habitants. Arlit ville surgit du désert, avec ses 84 000 habitants est une cité parasitaire de mal nourri, sorte de bidon ville du désert ou les population autochtones habitent les quartier Boukoki plus pauvre encore fait des huttes en cartons, plastiques tout ce qui est rejeté par les usines des filiales d’Areva est récupéré par cette population réfugiée dans son propre terroir. Certains pratiquent du jardinage à la périphérie d’Arlit avec cette eau verdâtre et boueuse mélange d’excréments humains, d’urines et des rejets des hôpitaux sans subir le moindre traitement. L’exploitation de l’uranium par Areva et se filiales a contribué à l’appauvrissement de la région en accélérant le phénomène de la désertification par le pillage des ressources naturelles et l’assèchement des nappes fossiles. C’est assurément une catastrophe écologique et une tragédie humaine durable qui menace l’existence de l’une des plus anciennes civilisations de ce sahara.


Emploi
Dans le domaine de l’emploi dans les sociétés minières, les populations autochtones des la région sont ainsi représentées :
. Les femmes 1%
. Médecin 0%
. Personnel supérieur de direction 1%
. Personnel supérieur 3%
. Encadrement moyen 5%
. Ouvrier et employer 15%
. Exclus parmi les fournisseurs
. Exclus dans le tâcheronnat


Tragiquement injuste
Cette situation tragiquement injuste que certains s’évertuent à justifier par la non disponibilité des ressources humaines adéquates quand bien même on triomphalise en répétant sans cesse que la région d’Agadez a le plus fort taux de scolarisation du pays.

Ce bilan désastreux dont la responsabilité incombe aux dirigeants d’Areva et se filiales appuyé par des cadres nigériens soucieux seulement de leur gain, n’est pas au bout de son chemin , car aujourd’hui encore des recrutements du personnel exclus purement et simplement les populations de la région à travers des arguments toujours plus vicieux tels que diplôme, spécialités et autres magouilles raciales et claniques.

L’exploitation et le pillage des ressources naturelles de l’Air par le groupe Areva , qui pratiquant une politique systématique de discrimination , d’exclusion et de marginalisation, menace la survie des populations qui n’ont d’autre choix que l’exil.

Accepter la progression de cette politique dans les entrailles de la terre d’Afasto Ouest et Artois dans les mêmes conditions que les années écoulées, signifierait abandonner cette partie desséchée de l’Air et du Niger aux seuls exploitants de l’uranium.

Au regard de ce drame qu’à été jusqu’à présent l’uranium , l’enjeu veut que chaque acteur, aussi bien étatique que qu’Areva, réalise et prenne conscience de sa responsabilité afin de corriger les dérapages de la gestion minière dans cette région d’Agadez.


Recommandations
C’est dans cet esprit que nous recommandons :

. Que les audiences publiques et les ateliers de validations des impacts environnementaux cessent d’être de formalités folkloriques destinées à tromper les populations.
. Que le ministre de l’environnement rejette tout rapport d’étude qui ne prévoit pas un fonds spécial pour la restauration et la protection de l’environnement.
. Que les populations autochtones soient prises en considération et en compte dans la politique d’emploi des sociétés minières de l’Air. . Que le développement durable inutilement prôné par Areva et ses filiales au Niger, cesse d’être, un instrument de propagande sans actions concrètes sur le terrain.
. Qu’une enquête indépendante soit diligentée pour évaluer les dégâts environnementaux, sociaux, économiques et culturels perpétrés dans la région d’Agadez par le caméléon BRGM , CEA, Cogema et enfin Areva aujourd’hui, depuis un demi siècle.


Comité populaire
Voilà le point de vu et l’avis des populations si tant il est vrai que la loi prévoit sa prise en compte par le promoteur du projet dans la mise en œuvre et dans le soucie sérieux de l’intégration du projet dans son environnement.

Le comité des autochtones de la région d’Agadez.

Le Président

Boutali Tchiwerin

Voir en ligne : l’appel sur le forum

1 2